Emilienne de La Levrette

L’histoire de la jeune Reine d’un petit pays de l’Est qui s’Ă©vade de ses lourdes responsabilitĂ©s politiques en Ă©cumant les cabarets parisiens…

La descendante d’une vieille famille française

Photo

S.M. la Reine Emilienne, de son vrai nom Emilienne Andrée Laure Eudoxie Diane Fabienne Patricia Ramonova Leféru de la Levrette, est née le 15 décembre 1984 dans le petit bourg éponyme de La Levrette, en Eure-et-Cher, dans le centre de la France.

Sa Majesté la Reine Emilienne est la fille de Savignan Louis-Henri-Maximilien Leféru de La Levrette, baron de La Levrette, (né le 31 mai 1953, décédé le 20 janvier 2011) et de Constance de Beauverny, (née le 12 novembre 1960). Elle a pour frère aîné Maximilien Savignan-Louis-Charles Leféru de La Levrette (né le 1er novembre 1981).

La famille de La Levrette est attestée en France depuis le XVIème siècle et est apparentée au Marquis de La Fayette et au duc de St Simon.

Après une enfance sans histoire et un baccalauréat littéraire obtenu sans peine, elle intègre la prestigieuse Université de Harvart-en-Limousin et y décroche brillamment un diplôme de poésie mandchoue avec mention assez bien.

Revenant dans son bourg natal afin d’y aider son père dans la gestion du château familial, transformé en hôtel de luxe, elle y anime chaque semaine des soirées karaoké pour les clients fortunés qui apprécient le faste et le calme de cette demeure historique. C’est lors de l’une de ces soirées, en juin 2007 que la jeune Emilienne fait la rencontre d’un client hors du commun,  le Roi de Tauride Nicolas III Ramonov, qui tombe tout de suite sous le charme capiteux de la jeune française.

La jeune Reine d’un petit Etat de la Mer Noire

Quittant ses parents pour suivre son royal amant, Emilienne le suit dans son petit royaume de la Mer Noire et y découvre les merveilles de cette île injustement méconnue. A la stupéfaction des proches du Roi, mais non sans fierté dans la famille de La Levrette, le couple annonce ses fiançailles à Kokhïngrad le 15 décembre 2007. Emilienne a alors 23 ans, tandis que S. M. Nicolas III en a 78.

Le mariage annoncé pour le mois de mai suivant est aussitôt décrié par la presse internationale et par les jaloux de tous bords. Pourtant, le 20 mai 2008, S.M. le Roi Nicolas III de Tauride et S.A.S. la Princesse Emilienne se marient en la cathédrale Notre-Dame de la Sainte-Absence-de-Dieu de Kokhïngrad selon le rite absenthéiste, devant une centaine de têtes couronnées et de chefs d’Etat venus assister à l’événement de l’année.

Photo

Mais la nuit mĂŞme des noces, S.M. Nicolas III de Tauride dĂ©cède d’une mauvaise chute dans des conditions restĂ©es obscures et nĂ©anmoins tragiques. A la faveur d’une loi successorale en vigueur depuis le XVIIIème siècle, et Ă  la surprise gĂ©nĂ©rale, la jeune veuve apprend par le Testament de son Ă©poux qu’elle hĂ©rite du trĂ´ne de Tauride.

Le 12 juillet 2008, à l’issue de la période de deuil officiel, l’avènement de la nouvelle Reine est célébré.

ConsidĂ©rĂ©e comme une Ă©trangère par ses sujets, la jeune Émilienne dĂ©laisse dans un premier temps l’exercice du pouvoir Ă  ses ministres, et prĂ©fère se consacrer Ă  sa carrière de chanteuse de variĂ©tĂ© française.
Mais, lorsqu’en 2010 il s’agit de sauver sa liste civile d’une inĂ©luctable cure d’austĂ©ritĂ©, la souveraine obtient du FMI l’annulation totale de la dette publique de la Tauride, ce qui lui vaut des louanges unanimes, et le respect de ses compatriotes.
Quatre ans plus tard, la Russie annexe la CrimĂ©e au grand dam de l’Ukraine, et tandis que l’opposition des deux voisins de la Tauride dĂ©gĂ©nère, la jeune Reine Ă  prĂ©sent expĂ©rimentĂ©e parvient Ă  maintenir l’indĂ©pendance et la paix de son petit pays. Elle devient alors l’icĂ´ne vivante de la patrie, et le Parlement triple sa dotation financière.


Laisser un commentaire


Retour au haut de page

Copyright © 2009 Emilienne de La Levrette