Une nation multiculturelle s’il en fut!

La Tauride a une longue tradition d’Etat multiculturel et abrite sur son petit territoire des communautés très variées. Ce cosmopolitisme a favorisé le développement d’un modèle culturel et religieux qui n’a pas son pareil au monde.

Photo

La mosaĂŻque de peuples

Population : 100 564 habitants

  • Russes : 41,2 % – 41 432
  • Ukrainiens : 30,9 % – 31 074
  • Tatars : 11,9 % – 11 967
  • Grecs : 8,3 % – 8 365
  • ArmĂ©niens : 3,8 % – 3 821
  • Autres : 0,8% – 805

Le peuplement actuel de la Tauride est le fruit des différentes vagues d’implantation qui se sont succédées sur l’île. Des premiers occupants Tauriens et Scythes il ne reste plus rien aujourd’hui.

A partir du IVème siècle avant. JC, les Grecs ont été les seuls maître de Cocymie, et ce jusqu’à la période turque. Ils ne représentent plus aujourd’hui que 8,3% de la population.

A partir du XVIème siècle, la domination turque a favorisé la colonisation de l’île par des Tatars venus de Tauride continentale. Ils n’ont jamais été majoritaires sur Cocymie, mais n’ont souffert de persécution que lors de la période soviétique au cours de laquelle ils furent déportés. Ils jouissent aujourd’hui d’une reconnaissance officielle et leur nombre représente 12% de la population de l’île.

Le gros du peuplement de Cocymie est arrivé à partir de la fin du XVIIIème siècle et dans le courant du XIXème. La Tauride a attiré alors beaucoup de russes et d’ukrainiens dans le sillage d’Alexis Ier.

Une petite communauté arménienne s’est aussi installée à partir de 1916, à la suite du génocide que leur peuple subit en Asie mineure à cette époque là.

Cette mosaïque de peuples sur un territoire aussi petit a facilité à la fois le multilinguisme et l’émergence d’une langue commune, le « slave taurique ».

Cinq langues officielles!

Les langues officielles de la Tauride sont aujourd’hui le russe, l’ukrainien, le tatar, le français et le taurique.

Photo

Le russe fut longtemps la seule langue officielle du pays.

En 1992, le roi Nicolas III adopte par décret trois nouvelles langues officielles : Le taurique, la tatar et l’ukrainien.

La Tauride est le seul pays indépendant où le droit et la langue tatars aient été reconnus à ce jour.

Le taurique est une langue issue des échanges entre les diverses communautés de Tauride. C’est une langue slave qui emprunte beaucoup de termes au grec et au tatar, mais s’écrit aujourd’hui avec un alphabet latin. Elle est apparue dès le début du XIXème siècle mais resta peu formalisée jusqu’à la fin de XXème siècle.

Le français est devenu la cinquième langue officielle de la Tauride par décret de la Reine Emilienne en 2008.

Le multilinguisme est un fait en Tauride et la population du Royaume a une pratique quotidienne d’au moins trois langues.

En Tauride, vous devez répondre dans la langue que la personne a utilisée pour vous adresser la parole. Ce qui fait que vous avez intérêt à parler le premier pour pouvoir mener la conversation dans votre langue favorite. C’est la raison pour laquelle les gens vous diront tout de suite bonjour même quand vous ne faites que les croiser.

La seule exception concerne la Reine. Depuis 2008, on ne s’adresse à elle qu’en français, qui est sa langue maternelle.

Les chaînes de télévision et de radio tauriques sont toujours quinqualingues russe-ukrainien-tatar-taurique-français.

Le foyer de l’absenthĂ©isme

Religions en Tauride

Les chrétiens sont nombreux en Tauride, et les musulmans représentent une minorité historique. Mais la particularité de Tauride est d’avoir été le berceau d’une nouvelle Eglise, l’ « absenthéisme », qui rassemble aujourd’hui plus de la moitié des tauriques.

  • AbsenthĂ©istes :52,4%
  • ChrĂ©tiens orthodoxes :36,2%
  • Musulmans :8,2%
  • Autres :3,2%
La religion de l’absence de Dieu

L’absenthĂ©isme est la thĂ©orie religieuse qui assure que Dieu existe, mais qu’on ne peut pas le voir car il est momentanĂ©ment absent.

C’est un courant religieux fondĂ© en 1812 par le Roi Alexis Ier de Tauride qui Ă©tait alors dans l’incapacitĂ© de faire consacrer la cathĂ©drale de KokhĂŻngrad. L’absenthĂ©isme est issu du christianisme mais apporte une nouvelle rĂ©ponse aux interrogations de l’Homme et Ă  la baisse des vocations ecclĂ©siastiques.

Concrètement, le chef de l’Eglise absenthéiste est désigné par le Roi de Tauride parmi les chefs religieux du monde qui n’ont jamais mis les pieds en Tauride. Ce chef désigné n’est pas prévenu de sa nomination, et de ce fait, ne peut pas nommer de clergé. C’est pourquoi on ne trouve jamais de prêtre dans les églises absenthéistes.

Les trois questions fondamentales auxquelles l’absenthéisme apporte une réponse radicale sont :

Qui nous a créés?

–> Dieu, donc Dieu existe.

Pourquoi ne le voit-on pas?

–> Parce qu’il n’est pas lĂ .

Pourquoi tant de troubles ici bas?

–> Parce que Dieu est absent, et que les hommes en profitent pour faire n’importe quoi!

A partir de ce socle commun, des écoles de pensées divergent au sein de l’Eglise absenthéiste pour répondre aux autres questions importantes, telles que :

Pourquoi est-il parti?

Quand est-il parti?

OĂą est-il parti?

Que fait-il en ce moment?

Quand reviendra-t-il?

Que pensera Dieu de l’Ă©tat du monde quand il reviendra?

Certains absenthĂ©istes pensent que Dieu est parti en chacun de nous mĂŞme et qu’il reviendra le jour oĂą nous saurons entendre sa voix au fond de notre coeur, et que nous accepterons de la laisser parler.

Durant les heures sombres de l’occupation soviétique, l’Eglise Absenthéiste perdura car elle fut considérée (à tort) comme une forme d’athéisme politiquement acceptable.


Laisser un commentaire


Retour au haut de page

Copyright © 2009 Emilienne de La Levrette