La Tauride échappe de peu à la banqueroute

Grâce à l’implication salutaire de S.M. la Reine Emilienne, la Tauride a été sauvée d’un naufrage économique annoncé de longue date.

Kokhïngrad | 20 avril 2010

Le FMI annonce ce mardi 20 avril que la dette colossale de la Tauride accumulée depuis l’indépendance du pays vient d’être annulée, donnant ainsi une bouffée d’oxygène inespérée à ce pays au bord de la banqueroute.

Cette action du FMI aurait été obtenue à la force du poignet par S.M. la reine Emilienne elle même, dont toute la presse taurique louait ce matin le dévouement et l’efficacité.

En effet, alors que la dette publique atteignait au 1er janvier dernier près de 120% du PIB, la jeune souveraine résolut de prendre conseil auprès d’autres pays dans la même situation que le sien. C’est ainsi qu’elle fut reçue en janvier par le premier ministre grec, qui lui conseilla d’avoir recours au maquillage des comptes publics pour passer inaperçu aux yeux des instances économiques internationales.

Mais la reine de Tauride ne fut pas convaincue par les solutions adoptées par le gouvernement hellénique, et préféra s’engager dans une puissante action de lobbying auprès du président du FMI. C’est cette action qui est aujourd’hui récompensée, tandis que la Grèce s’effondre dans une crise financière que ne parvint pas à camoufler ses subtiles techniques de dissimulation bancaire.

Perçue encore récemment comme une reine étrangère et inexpérimentée, Emilienne a su gagner les faveurs de l’opinion publique par ce redressement inattendu d’une situation économique désespérée. La cote de popularité de la reine est ainsi passée de 12% à 78%, et c’est chez les retraités que l’augmentation a été la plus nette, passant de 6% à 92%.

On sait quelle menace la banqueroute d’Athènes fait actuellement peser sur les allocations des retraités grecs, et ce n’est donc pas un hasard si les retraités tauriques sont aujourd’hui reconnaissants de voir leurs retraites sauvées par l’action, pourtant peu orthodoxe, de leur reine.

Portée aux nues par une presse taurique unanime, Emilienne s’est même vue comparer à Juan Carlos qui avait sauvé la démocratie espagnole par son action personnelle en 1981. Interrogée sur cette comparaison, la reine de Tauride répondait:

N’exagérons rien! Vous savez, je l’ai fait avant tout pour moi, car je ne pouvais supporter l’idée de subir une politique de rigueur et d’austérité! Mais je suis très heureuse que mon action ait eu une répercussion positive sur les peuples de Tauride, car je suis très attachée au bien être de mes sujets!

Et la reine de conclure, que si c’était à refaire, elle le referait.


Laisser un commentaire

Tags : , , ,

Cette entrée a été publiée le Mardi 20 avril 2010 à 16 h 23 min, et rangée dans Actualités de la Tauride. Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via son flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien depuis votre site.


Retour au haut de page

Copyright © 2009 Emilienne de La Levrette